Prêt immobilier : Comment bien le renégocier ?

Le rachat ou la renégociation d’un prêt immobilier n’est pas systématiquement avantageux. Le processus peut par ailleurs s’avérer complexe.

Le point sur la tendance du marché

Les taux immobiliers ont chuté dès le premier trimestre 2016 (1,81% en avril) alors qu’ils étaient déjà bas fin 2015. L’Observatoire Crédit Logement/CSA indique qu’il s’agit d’un cas exceptionnel depuis les années 1940. Selon Meilleurtaux.com, les personnes ayant contracté un prêt entre 2008 et 2014 ont majoritairement bénéficié d’un taux dépassant les 3,20%. Elles sont donc particulièrement concernées par la renégociation qui leur permettrait de réaliser jusqu’à 25.000€ d’économie d’après les analyses d’Artémis courtage.

Prêt immo : pourquoi le renégocier ?

L’opération consiste à négocier le taux de son prêt à la baisse. Elle permet soit de diminuer les mensualités pour la durée restante de remboursement, soit d’écourter la durée de remboursement en maintenant le même montant mensuel.
Dans le cas d’une renégociation, le consommateur n’est redevable ni de frais de nouvelle garantie, ni d’IRA (indemnités de remboursement anticipé). Néanmoins, les frais de dossiers qui représentent de 500€ à 800€ sont à sa charge.

Rentabiliser la renégociation : à quelles conditions ?

L’ensemble des conditions énumérées ci-après devra être réuni pour que l’opération soit avantageuse :

  • Il faut au moins 1 point d’écart entre les deux taux (initial et renégocié).
  • Il est impératif de se fonder sur le capital restant dû. Certains spécialistes fixent le minimum à 50.000€ tandis que d’autres observateurs le situent à 70 000€.
  • Il est plus rentable de négocier un prêt immobilier si la durée restante de remboursement est plus conséquente que la durée déjà écoulée.
  • Dans l’éventualité où l’emprunteur souhaite vendre son bien dans des délais relativement courts, il est déconseillé de procéder à une renégociation. Les IRA représentent généralement 3% du capital restant dû. L’amortissement de ces frais n’est pas garanti.

Renégociation du prêt immobilier : comment procéder ?

La première chose à faire est de discuter avec le banquier actuel pour s’informer sur la possibilité de négocier le prêt en cours et les conditions y afférentes.
Si la banque en question n’est ouverte à aucune proposition ou si les conditions sont peu avantageuses, il est possible de s’adresser aux concurrents. L’emprunteur peut lui-même s’en charger ou confier la tâche à un courtier en prêt immobilier. Cette seconde option est la plus intéressante dans la mesure où les courtiers sont parfaitement renseignés sur les établissements bancaires et leurs modes opératoires.

Renégociation d’un crédit immobilier : à quel prix ?

Le fait de négocier un prêt implique généralement des frais de dossier.
Dans le cas d’un rachat de crédit, l’emprunteur peut être redevable de factures supplémentaires (assurances, IRA…).
Les frais de courtage ne sont pas à exclure. Dans le cas d’une prise de contact par le biais du site web ou par téléphone, certains courtiers facturent des honoraires aux emprunteurs, d’autres bénéficient d’une commission directement versée par la banque. A contrario, les emprunteurs qui s’adressent à une agence physique s’acquittent systématiquement des frais de courtage qui représentent en moyenne de 950€ à 1000€.

 

divorce partage immobilier