5 conseils pour réussir la vente de sa maison

Le marché de l’immobilier est plombé par une économie française en crise. Diminution du pouvoir d’achat, chômage, endettement des ménages, … Considérant cela, il apparaît plus compliqué qu’avant, de vendre un bien immobilier. Les acquéreurs, de plus en plus méfiants, font moins confiance aux agents immobiliers. Ils sont à la fois exigeants sur les qualités du bien, sur sa situation géographique et, de surcroît, négocient les prix et surtout repoussent souvent leur projet immobilier à un hypothétique avenir plus souriant. Les délais de vente s’allongent et les stocks de maisons et d’appartements augmentent depuis 2008. Heureusement, avec quelques astuces, vous augmenterez vos chances de bien vendre votre bien immobilier.

 

conseils vente maison

 

Les bons prix font les bons acquéreurs

Qu’il s’agisse de l’achat d’un téléphone, d’une voiture ou d’une maison, les comportements vis-à-vis des prix sont symétriques : l’acquéreur veut minimiser son investissement pour un produit malgré tout au top. Le vendeur, lui, poursuit un objectif contraire. Il veut vendre au meilleur prix. Et, face à cet objectif, il est facile d’avoir une vision optimiste du marché, mais également tentant de fixer un prix 20 ou 30% plus haut que sa valeur. Nous vous aidons à évaluer la valeur de votre maison en toute indépendance. Afin d’éviter que votre bien ne soit catalogué, dans l’esprit des acquéreurs potentiels, comme le « bien qui ne se vend pas », ou comme “la maison qui a des défauts”.

Votre bien dépersonnalisé et mis en valeur

En général, dans la vie de tous les jours, on se fie à nos premières impressions. Pas d’exception pour l’immobilier. Une brève visite de la maison suffit à l’acquéreur potentiel pour savoir si le bien lui plaît ou non. Des photos sur un site d’annonces immobilières peuvent aussi suffire. Pour mieux vendre votre maison, dépersonnalisez les lieux, en appliquant des conseils de home staging : peu de meubles, pas de bibelots, des pièces plutôt aérées. Profitez-en pour ranger dans un carton les rideaux jaunes et roses que tante Suzanne vous a offert. Vous donnerez le signal aux acheteurs que vous êtes vraiment prêt à vendre.

Préparer sérieusement la vente

Vendre son bien immobilier en direct ou donner un mandat à une agence immobilière, telle est la question. L’arbitrage est principalement lié au facteur du délai de vente souhaité. Si vous êtes pressé, l’agence vous simplifiera la tache en réalisant certaines opérations à votre place : mettre en ligne les annonces immobilières, échanger avec les acquéreurs intéressés et leur fournir des renseignements, réaliser des visites, etc. Seul, ou avec l’aide d’un intermédiaire, il faut s’occuper sérieusement de la mise en vente de son bien et, surtout, définir le “bon prix”.

Informer correctement le visiteur

Signification des diagnostics immobiliers, évaluation de la gravité des fissures, montant de la taxe foncière, travaux d’entretien récemment réalisés, etc. Pour rassurer ou donner envie d’acheter, mieux vaut être bien préparé à répondre aux questions de l’acquéreur. Préparez votre dossier, si besoin, avec l’aide d’un expert immobilier. Soyez précis et transparent dans vos réponses, y compris en cas de questions plus subjectives. Par exemple, si on vous interroge sur le voisinage, dites que “vous ne fréquentez pas vraiment vos voisins », plutôt que de bafouiller un mensonge, qui risquerait de faire hésiter votre interlocuteur.

Cibler les acquéreurs

Une maison en vente à 450.000 euros sera difficilement accessible à un jeune couple de primo-accédants. Bien sûr, il y a des exceptions. Cependant, pour vendre rapidement, commencez par faire le tri des demandes. Évaluez la chance d’aboutissement du projet et interrogez l’acquéreur sur ses intentions. Cela vous permettra de gagner du temps, tout en évitant des visites et discussions inutiles.

divorce partage immobilier